Tout est parti, comme souvent, d'un extrait de catalogue :

Comme à chaque fois, un auteur (théodore Rivière, sculpteur) et un lieu (monument à Hanoï)

Quelques recherches rapide permettent de situer le monument : "La France, protectrice de l'Indochine"

Cette photo est quasiment la seule (tout au moins la plus répandue) du monument. Elle le représente face au palais du gouverneur, sans doute dans les années 1910-1920. Un livre sur l'Indochine du Nord de 1925 nous dit page 34 :

"Le palais du gouverneur général, construit entre 1901 et 1906, est à l'entrée du jardin botanique, dans la partie extérieur de l'ancienne citadelle, mais dans la cité royale de l'antique Dai-La" ... Devant le palais, l'avenue de la République, le Lycée Albert Sarraut, puis le rond-point, où s'élève le monument de Théodore Rivière: "La France, protectrice de l'Indochine".

"L'édifice a 12 mètres de haut, au pied de la France, quatre personnages de types annamite, chinois, cambodgien, laotien offrent à leur protectrice le produit de leur région. Ces statues sont un mélange de bronze et de grès gris. Le monument repose sur un socle de 8 mètres de côté ou le fleuve rouge et le Mé-Kong sont représentés sous la forme de deux femmes comme étant les deux principales causes de fécondalité du pays"

Le monument porte une date "1908"

Jusque là tout va bien, on retrouve nos petits, ça colle !!

Sauf que on retrouve une citation sur l'exposition de 1902 :

rapport sur l'exposition de Hanoï 1901 - 1902 :

"Au rond-point de l'Avenue RICHAUD, on a placé le très imposant monument de théodore Rivière, "La France, protectrice de l'Indochine". La France est entourée de quatre personnages, un annamite, un chinois, un cambodgien, un Laotien; deux femmes représentent les génies du fleuve rouge et du Mekong."

Le catalogue de l'exposition cite également le monument, mais il a été fait avant l'exposition, et celle-ci a eut quelques mois de retard

D'autre part, un un guide du voyageur de Marseille à Canton de 1902 cite "A droite et à gauche du palais, les expositions permanentes industrielles et commerciales; après l'aile droite, l'Ecole des artistes sculpteurs et peintres où sont pensionnés les plus distingués ... A l'extrémité de l'aile gauche, l'Ecole Française d'Extrème Orient. A la sortie, l'Avenue Richaud et un rond-point où s'élève le beau monument de Théodore Rivière : "La France protéctrice de l'Indo-Chine"

Bon ! On creuse : Sur l'image ci-dessous, l'emplacement de l'expo est la zone bleu, la Rue Gambeta en rouge, l'Avenue Richaud en orange. Le palais du gouverneur est la marque verte et l'emplacement du monument en 1910 est la marque jaune :

Les marques avec un point noir indique des emplacement (possibles) de rond-point pour le monument. La carte suivante montre la ville en 1902.Il y a environ 2km à vol d'oiseau entre le site de l'exposition et le palais gouvernemental.

Parmi toutes les Cartes postales anciennes que nous ayons vu,

Aucune ne montre le monument près de l'exposition.

Donc nous nous trouvons devant plusieurs hypothèses :

  • Soit le monument a été construit en 1902 pour l'exposition, puis a été déplacé devant le palais du gouverneur (S'il a été fait, à quel bout de l'Avenue Richaud ? )
  • Soit le monument n'était pas prêt et a juste été installé directement devant le palais du gouverneur en 1906 ou 1907 (voire 1908, comme indiqué sur la plaque)

Nous aurions plutôt tendance à penser pour l'installation directe devant le palais du Gouverneur. Arguments :

  • Bien sûr, la date sur le monument
  • L'absence de photo lors de l'exposition (même s'il était un peu éloigné de l'exposition, son imposante présence - sans parler du symbole - méritait une carte postale en 1902)
  • La première photo montre des éléments en grès du monument, sans doute avant leur expédition. On y voit en bas à gauche Mr Bourdet (avec le chapeau), derrière lui, on pense y voir son fils ainé, Albert Eugène, né en 1892. Ce dernier semble être plus près de 16 ans que de 10.

D'un autre côté, il y a le rapport de l'exposition et le guide touristique. Mais un rapport ou un guide vite fait, rédigé à partir de documents antérieur (le catalogue ? édité à partir d'un projet ?) au lieu d'une observation sur place, ce ne serait pas la première fois, ni la dernière d'ailleurs.