Fabrique de céramique Gentil & Bourdet

Catégorie Province

Fil des billets - Fil des commentaires

Miroirs et reflets

dimanche 1 janvier 2012, par Gentil & Bourdet

J'ai généralement une sainte horreur des immeubles béton & verre. Le quartier de la défense à Paris en est bourré. Mais parfois, ce genre d'immeuble peut montrer une certaine touche artistique. A Angers, boulevard Foch, nous en avons un bel exemple, l'immeuble qui habrite la Caisse d'épargne.

Cet immeuble se trouve sur le principal boulevard d'Angers. Ce dernier mélange avec malice de beaux immeubles XIXème ou début XXème avec des horreurs des années 70.

Entre autres, nous y trouvons le chef d'oeuvre d'Odorico, la maison bleue, qui aujourd'hui fait une bien pale figure. (Il a été proposé de rénover la façade, il y a quelques mois, la DRAC avait même débloqué les fonds, mais le syndic s'y est opposé. Sans commentaires)

Mais revenons à notre immeuble de verre. Venant de la rue d'Alsace, nous trouvons ce dernier face à nous.

Et là, le reflet de la maison bleue donne un effet, ma foi, fort sympatique.

On pourrait même croire que deux immeubles identiques se regardent de part et d'autre de la même rue.

Enfin, ça peut devenir complètement psychédélique.

Ca me rabiboche avec ces immeubles.

Mais point trop n'en faut !!!


Catégorie: Province | un commentaire | aucun rétrolien

Chapelle de l'hôpital psychiatrique de la Celette à Monestier Merlines

mardi 6 septembre 2011, par Gentil & Bourdet

Patrick Boschet, de l'association Mosaïque et Patrimoine vient de me faire découvrir une nouvelle référence Gentil & Bourdet que nous ne connaissions pas : la chapelle de l'hôpital psychiatrique de la Celette à Monestier Merlines (Corrèze) C'est toujours agréable de découvrir une nouvelle référence, surtout de cette qualité La chapelle date de 1934, l'architecte est Jarrier, déjà bien connu pour diverses participations avec Gentil & Bourdet : les Thermes de Royat en 1913, la Bourboule en 1920, ou la pharmacie Gros à Clermont-Ferrand (1921) L'attribution a été authentifiée grâce au site de la mairie de Monestier-Merline. A noter que, à part l'église Saint Pierre du Gros Caillou (1913) dont on ne sait pas grand chose et dont la voute est détruite aujourd'hui, Gentil & Bourdet ont commencé à faire des chapelles au début des années 30
Allez, encore quelques belles images :
Un grand merci à Patrick pour cette découverte


Catégorie: Province | aucun commentaire | aucun rétrolien

Soudain, le doute m'assaille ...

mardi 26 juillet 2011, par Gentil & Bourdet

Récemment, un article d'une blogeuse, fan d'Art Nouveau m'a remis la Maison GeschwindenHammer à Nancy en mémoire.
Superbe façade de 1905 des architectes Henri Gutton et Joseph Hornecker, décoré de grès et de mosaïque, ces éléments décoratifs étant attribués à Gentil & Bourdet

Effectivement, certains éléments sont sans conteste issus de cette fabrique :
Les balustres :(que l'on retrouve d'ailleurs à Fécamp dont notre blogeuse fit également un article)
Les métopes
On les retrouve dans les catalogues, ceci ne pose aucune contestation !!

Mais la mosaïque est plus troublante, même si Mérimée l'attribue à G&B

J'aimerai avoir tord, mais là j'ai un doute : Nous sommes en 1905 et Gentil & Bourdet n'ont pas fait à cette époque de mosaïque traditionnelle connue, surtout de cette qualité. Leur métier, alors, c'est la céramique, le grès flammé où ils excellent. Comme pour une rampe d'escalier (1903) de la villa Luc , toujours à Nancy, un "Chef d'Oeuvre".

En matière de Céramique, on retrouve à la même époque, d'autre ouvrages: des bibelots (vase, cendriers, etc..), de la fumisterie (cf l'Hotel d'Angleterre en 1903), ou de la décoration architecturale. On est à cette époque dans leur "coeur de mérier" et leur stand de l'exposition de liège de 1905 le montre bien. On y retrouve d'ailleurs l'escalier.
Pour la mosaïque il faudra attendre plus tard pour voir des très belles choses comme La société générale,
Contrexeville ou le Royal automobile club de Londres (dont j'ai fait un précédent billet )

Mais ces dernières sont des mosaïques qui sortent d'un certain classicisme. On y voit des incrustations de grès pré-formés qui sont leur touche personnelle :

Incrustations que l'on en retrouve pas dans cette fenêtre qui est d'un plus pur style académique et il faudra encore attendre quelques années pour les voir revenir à ce classicisme. (L'hotel Frugès est un bel exemple)

J'espère un jour pouvoir consulter des archives qui permettrons de lever ce doute, car cette fenêtre est tout de même un pur "chef d'oeuvre" et je serai chagriné que mon doute soit fondé.

PS : Merci à ELI et à son blog sur l'art nouveau pour les photos de la maison.


Catégorie: Province | 2 commentaires | aucun rétrolien

Banque Courtois à Toulouse

samedi 23 juillet 2011, par Gentil & Bourdet

Nous savions que Gentil & Bourdet avaient fait une frise sur la Banque Courtois à Toulouse : (Ils ont aussi fait la superbe façade de la dépêche du midi dans la même ville)

La façade de la banque

a depuis été détruite :

Mais j'ai trouvé un billet de loterie intéressant :

On ne retrouve pas le motif original (cliquez sur la photo), mais le style est le même. Il doit s'agir là de la frise sur le fronton, alors que la photo du catalogue doit être une niche latérale.
Un message du service communication de la banque nous dit qu'ils n'ont pas plus d'information sur l'ancienne façade (un peu léger je trouve, surtout que le nouveau bâtiment doit dater des années 80, mais bon ...)
La façade doit dater de 1919 ( Wikipedia cite l'installation de la banque rue Rémusat à cette date).
Seules restent quelques infos à consulter aux archives municipales de la ville (rechercher "banque courtois"), entre autres, une plaquette de 30 pages "Banque Courtois. La Banque Courtois a deux cents ans. 1760-1960 " (Cote B344) présente à la Bibliothèque des archives qui doit être intéressante.

MAJ du 27 Juillet :

J'ai eut une surprise ce matin, la vente sur delcampe, d'un pin's "Restaurant Flo Beaux Arts Toulouse Courtois" représentant une figure me rapellant notre mosaïque ! L'association "courtois toulouse" m'ont fait penser à notre mosaïque, mais que nenni ! il s'agit d'une représentation d'une statue présente dans la Brasserie Flo des Beaux Arts Sans doute cette représentation doit elle être courante à Toulouse. A creuser ...


Catégorie: Province | aucun commentaire | aucun rétrolien

Contribution ...

dimanche 29 mai 2011, par Gentil & Bourdet

Il arrive parfois que nous ayons un léger sentiment de solitude vis à vis de notre site.

Bien sur, un coup d'oeil sur les stat du site indique une consultation régulière (pas digne d'être dans le top -ce n'est pas le but - ), mais régulière !

Nous avons quelques contacts intéressants mais nous sommes toujours content de recevoir des mails qui permettent de faire avancer le Schmilblick. (Je ne parle pas des mails de personnes cherchant à nous soutirer des informations en vue de vendre des objets signés Gentil & Bourdet)

Récemment, nous avons reçu un mail intéressant d'un correspondant nous donnant deux informations :

Tout d'abord une demande de correction sur une de nos notices, puis une information sur une réalisation G&B que nous ne connaissions pas.

J'ai beaucoup aimé la première partie de son mail J'aime bien les critiques, cela permet de se remettre en question. Je me contre-fiche d'avoir tord ou raison, seul m'importe la véracité de ce que y est écrit.

Donc cet aimable correspondant nous a écrit :

"Sur votre page http://www.gentil-bourdet.fr/catalogue%20nancy.htm, deux remarques: Il s'agit de la banque SNVB (Société Nancéiene Varin Bernier), reprise par le groupe CIC, et non SNCID"

Bon, soit ! Reprenons nos sources. D'où nous vient cette information sur la "SNCID" ? Gasp ! Mérimée ! Base de donnée du ministère de la culture. C'est généralement fiable, mais elle nous à déja joué des tours [1] Bon, on cherche ! Pas facile, les banques au début du XXème siècle, ça bouge beaucoup, pas trop d'infos ! Qaund je tombe sur un vieux papier :

Bon, là, on parle de la place Saint-Jean, mais il n'est pas difficile de montrer que c'est l'ancien nom de la place Maginot à Nancy (entre autre cf Wikipedia)

J'aurai pu m'arrêter là, la preuve étant faite, mais je me suis demandé pourquoi mon correspondant m'a parlé de la SNVB. J'ai continuer à creuser un peu et ai trouvé que la SNVB était le fruit le fusion de la SNCID et de la Banque Varin Bernier. Donc le bâtiment a certainement arboré le sigle SNVB avant de rejoindre le groupe CIC. D'où, sans doute, la confusion de mon correspondant

La deuxième partie de son mail est tout aussi intéressante, dans la mesure où il nous fait découvrir une réalisation de Gentil & Bourdet que nous ne connaissions pas Il s'agit d'un monument commémoratif de la Bataille de Nancy, situé à Nancy, place de la Croix-de-Bourgogne.

L'information est d'autant plus intéressante qu'il ne s'agit pas d'une nième façade en mosaïque bleue ou d'une autre avec des éléments en céramique, mais bien de quelque-chose d'original (rien de bien génial, on peut même dire carrément moche, mais original ! -Quoi que, il y a une trentaine d'année, on trouvait certains bâtiments art-déco carrément moche, on les sauve maintenant- )

C'est signé en plus :

Tout cela pour dire que toute contribution est la bienvuenue, une critique, une info, on achète !

[1] Entre autres, Mérimée mentionne que la maison de Mme Lecolle de Guimard à Billancourt a été détruite en 1920 alors que j'ai démontré qu'elle l'a été bien plus tard. De même, il attribue le cinema Louxor à Paris a un certain Ripey alors qu'il s'agit de Zipcy comme le montre les amis du Louxor


Catégorie: Province | aucun commentaire | aucun rétrolien

Piscine Saint-Georges à Rennes (suite)

Tiens, je vous ai parlé de la piscine Saint-Georges de Rennes, il y a quelques temps, c'est une de mes réalisations préférées et j'ajoute quelques détails complémentaires :

Sur une Carte Postale Ancienne, on voit le sommet du fronton, qui porte la date, d'une certaine manière :

Aujourd'hui il semble différent

Il semblerait que celui-ci ait été détruit et reconstruit, mais je n'ai pas d'information à ce sujet (orage ? bombardement pendant la guerre ?). Ceci dit, il manque manifestement quelques éléments en grès.

Puisqu'on parle du fronton, mon analyse des archives municipales m'a montré une chose curieuse qui n'est pas à l'avantage de la fabrique Gentil & Bourdet ni de l'architècte Le Ray : Ce dernier dans son cahier des charges dit :

Chapitre VI : Inscription "PISCINE MUNICIPALE" en pièces de grès flammés à relief de 0.24 x 0.30 x 0;08 de saillie

Or, le résultat n'est manifestement pas là. cela ressemble plus à du béton qu'à de la céramique, mais le cout est celui de la céramique !

Les lettres ne sont pas en grès flammés (V), seul le fond est composé de carreaux de grès. Comparé au reste du bâtiment , le cout ne devait pas être le même que celui prévu, mais l'architecte a tout de même validé les travaux !!


Catégorie: Province | aucun commentaire | aucun rétrolien

- page 1 de 3